vendredi 24 février 2017

Simulacrum, The Garden Of Earthly Delights

 

Simulacrum, The Garden Of Earthly Delights, est disponible chez Tzadik.




 
 

vendredi 17 février 2017

jeudi 16 février 2017

Quatuor Molinari | Quatuors de Zorn


Le Quatuor Molinari présente 2 concerts au cours desquels il jouera les quatre premiers quatuors à cordes de John Zorn : le 24 février à Calgary (Alberta), et le 28 février à Montréal (Québec).
Olga Ranzenhofer, violoniste et directrice artistique du quatuor, a bien voulu répondre à quelques questions du Zornographe à cette occasion.  

***

Qu’est-ce qui vous a donné envie de jouer ces quatuors ? Qu’est-ce qui vous attire particulièrement dans la musique de JZ ?

Le QM est toujours à la recherche d’œuvres nouvelles. Nous aimons explorer les différents courants artistiques et stylistiques des 20e et 21e siècles. John Zorn est moins connu pour sa musique « classique », bien qu’il ait écrit 7 quatuors à cordes. Il est très intéressant pour nous de jouer plusieurs œuvres d’un même compositeur pour mieux connaître son style, son évolution et ses caractéristiques. Nous faisons cela régulièrement : nous avons fait les intégrales de Schafer, Chostakovitch, Britten, Gubaidulina, Schnittke, Papineau-Couture, Kurtag, etc. Découvrir la musique de Zorn est très intéressant. Son œuvre pour quatuor est vraiment unique; les couleurs, les textures et les effets sonores sont très poussés. Il utilise beaucoup le son « grain », ou « scrape » comme il l’écrit dans la partition. Mais ces sons, très rugueux et agressifs, sont déclinés de plusieurs façons pour augmenter la palette sonore du quatuor. Les passages virtuoses aléatoires, « virtuoso freakout », sont très intenses et le contraste avec les sections très éthérées et calmes est d’autant plus efficace.  


Avez-vous rencontré le compositeur ? Ou été en contact avec lui ? Vous a-t-il donné des indications pour l’exécution de ces pièces ?

Non, nous ne l’avons pas rencontré mais lui avons parlé. Il nous a dit que l’enregistrement de ses quatuors sous étiquette Tzadik, est pour lui la référence, ayant lui-même supervisé le travail.


JZ a écrit 7 quatuors à cordes. Vous jouez les 4 premiers (chronologiquement). C’est un choix ? Est-ce que vous prévoyez une deuxième phase avec les suivants ?

Pour une première incursion dans le monde de Zorn ou de tout autre compositeur, c’est toujours bon de commencer par le début! Cat O’nine Tails est une très bonne œuvre, divisée en de nombreuses sections contrastantes, passant d’une musique très agressive à une musique comique, du swing country au tango, d'allusions à Ives tout comme à Xenakis. Tout y passe. C’est comme un voyage musical à travers les époques et les styles, un pot-pourri de haute voltige! Memento Mori est un long parcours de 30 minutes à travers des sonorités étranges, avec l’utilisation de la sourdine de pratique et toute la gamme des sons « grains ». Cette œuvre est beaucoup plus « hard » que la précédente bien qu’écrite à peine deux ans plus tard. Les miniatures de The Dead Man, 13 spécimens pour quatuor, nous plongent dans des mondes fascinants, avec ses titres évocateurs qui nous laissent parfois perplexes. Enfin, Kol Nidre, est une pièce très lente et méditative où tous les irritants (sons grains, agressivité) ont disparu.  


Quelles particularités ces pièces ont elles par rapport à celles que vous jouez habituellement ? Des difficultés particulières ? Un plaisir particulier ? Selon vous, JZ a-t-il une spécificité en tant que compositeur de musique de concert ?

Ces œuvres représentent tout un défi. Premièrement, techniquement certains passages sont extrêmement difficiles et on sent que le compositeur voulait créer une tension en écrivant de la sorte. Il faut réussir à aller au-delà des difficultés pour rejoindre l’essence de la pièce. Zorn souligne le côté visuel de Cat O’Nine tails, le côté émotionnel de Memento Mori, la sensualité de The Dead Man et enfin la spiritualité du Kol Nidre. Voilà ce à quoi nous devons aspirer en jouant ces œuvres.

lundi 13 février 2017

Vidéo - El Gabinete del Dr. Caligari, musique par John Zorn

 
Le 6 décembre 2015, à Mexico, John Zorn accompagne à l'orgue la projection de la version restaurée du film Le Cabinet du docteur Caligari.

 
 

dimanche 12 février 2017

Pochette : Buer: The Book Of Angels Volume 31




Parution d'avril : Buer: The Book Of Angels Volume 31


À paraître en avril :

Brian Marsella: Buer: The Book Of Angels Volume 31 [#8353]

16 Masada compositions performed by a dynamic piano trio featuring Brian Marsella, the astonishing and passionate pianist from Banquet of the Spirits, Zion80 and The Flail. Joined here by the classic Masada rhythm section of Trevor Dunn and Kenny Wollesen, the performances are powerful, focused and incredibly varied. Each piece presents a different musical world, referencing McCoy Tyner, Don Pullen, Erik Satie, Conlon Nancarrow, Horace Silver, Lennie Tristano, Bill Evans, Bach, Bud Powell, Richard Twardzik, Debussy and many others.
(Release date: April 2017)


dimanche 5 février 2017

En vrac (62)


Vidéo :
- Présentation de la série The Stone dirigée par John Zorn au National Sawdust.

Photos :
- The Stone Commissioning Series, National Sawdust : John Zorn solo.
- Leonard, Book of Angels vol.30 : titres et photos de la pochette.
- Leonard, Book of Angels vol.30. 
- Le sax de John Zorn au National Sawdust.
- La colllection des Book of Angels.
- John Zorn, Eglise St-Barth's, 1er février.

Concerts :
- The Russ Series : série de concerts dirigée par John Zorn chez Russ and Daughters.
- Brian Marsella Trio, The Stone, 2 juin 2017 : Buer, Book of Angels vol.31.


Audio - Kmiel, extrait de Leonard, Book of Angels vol.30

 

 

À paraître en mars : There Is No More Firmament

A paraître en mars :


John Zorn: There Is No More Firmament [#8352]

There is No More Firmament is a remarkable collection of recent compositions from 2013–2016 that showcase the range, variety and continued creativity of Zorn as he enters his sixties. Connected together with a thread of intensity, magic and madness, the music tells a twisted and complex story of a magical descent into madness. The compositions include two works for brass ensembles, a woodwind quintet, jazz piano trio, string trio and two solo pieces for clarinet and trumpet, with the outrageous trumpet solo Merlin appearing in two realizations—one by jazz master Peter Evans and another by the European classical virtuoso Marco Blauuw from MusikFabrik. 
 
 

The Garden Of Earthly Delights


Simulacrum, The Garden Of Earthly Delights.
Musiciens : John Medeski, Matt Hollenberg, Trevor Dunn, Kenny Grohowski, Sara Serpa.
Titres : Angels and Devils * The Infernal Machine * The Dragon Tree * Paean to the Prince of Hell * Music of the Flesh * Eve and Adam * Mirror Image * The Garden of Earthly Delights * The Circuit * Out of the Eternal Sphere
The sixth CD by Zorn’s heaviest 21st century ensemble Simulacrum celebrates the 500th anniversary of the passing of one of the greatest painters the world has ever known—Hieronymus Bosch. A visionary of unparalleled power whose imagination and fantastical creations remain uniquely his own, Bosch is one of the most enigmatic figures in world art. Inspired by his surreal visions of Heaven and Hell, The Garden of Earthly Delights blends heavy metal, blues, funk, jazz and modern classical music together into one of the strangest amalgams you’ve ever heard. Tighter than ever and joined by bassist Trevor Dunn, Medeski, Hollenberg and Grohowski are at their manic best in this jaw-dropping visit to a wild musical world where absolutely anything is possible!
Parution : février 2017